dossier

les médias, le monde et nous

Indépendance des médias, fake news, journalisme de solution et plus récemment sexisme du milieu… depuis plus d’un an les médias traversent de multiples zones de turbulence.

Ces mêmes médias qui façonnent notre rapport au monde et reflètent les enjeux clefs de notre société doivent se réinventer. Ground Control ouvre le débat en donnant la parole à ceux qui font bouger les lignes du journalisme.

Journaux, magazines, vidéo, réseaux sociaux, podcast, newsletters, matérialisés ou dématérialisés, sous forme d’événements ou de produits dérivés, tout est média et les médias sont dans tout. Mais, nous, et le monde, ne tournons-nous pas désormais davantage autour des médias que ceux-ci ne tournent autour de nous ?

Comment faire la part des choses entre les informations, les vraies (et qu’entend-on par là), et la communication pilotée par des marques, des personnalités, des Institutions ?

Les médias nous relient au monde, nous informent, nous enseignent, mais nous sommes aujourd’hui de plus en plus méfiants vis-à-vis d’eux. Leur manque d’indépendance nous inquiète, leur pouvoir de façonner l’information réelle ou fictive nous effraie, et c’est même leur capacité à comprendre le monde qui les entoure qui nous pose question désormais.

Et pourtant, nous ne pouvons pas nous passer des médias, nous en consommons chaque jour davantage (sauf ceux de plus en plus nombreux qui ont fait le choix de couper), nous sommes aussi devenus nos propres producteurs de média. Ce qui change considérablement la donne.

“Avec la multiplication des pure players, l’émergence des médias collaboratifs, la prolifération des fake news, comment séparer le bon grain de l’ivraie ?”

Quel doit être le rôle et la responsabilité d’un média ?

Quelle est la place et la responsabilité du public dans le travail que font les médias et la manière dont les informations circulent ?

Changer notre relation au média, changer la relation que les médias entretiennent avec nous, est plus que jamais nécessaire pour notre génération et celles qui arrivent. Décoder les mécaniques et les enjeux est indispensable si nous ne voulons pas perdre le lien ni perdre la raison.

Soyons curieux des initiatives qui se font jour,  portées par des acteurs indépendants ou par des médias qui ont fait le choix de se remettre en question, et qui ont besoin de leurs publics pour réussir à se transformer.

Mathilde GIRAULT

Se réapproprier les médias

A l’heure de la désinformation et de la surmédiatisation, il est vital de s’interroger sur notre rapport aux médias. Et il est urgent de se réapproprier les médias.

Alors qu’une simple annonce peut traverser le globe en quelques secondes et qu’un scoop non vérifié peut se propager en un instant avec l’hégémonie des réseaux sociaux et la culture du sensationnalisme, il est nécessaire de réapprendre à prendre le temps d’informer et de s’informer. Et pour cela de comprendre comme se fabrique l’information.

De l’atmosphère ambiante est née une grande méfiance vis-à-vis des médias traditionnels, qui pousse le lectorat à trouver l’information autrement, sur Facebook ou Twitter, à composer sa propre vérité.

S’ils sont des grands terrains d’expression et de liberté, les réseaux sociaux sont également phagocytés par l’obsession du buzz et du clic, saturés de contenus manipulateurs ou d’idéologisation.

Comment démêler le vrai du faux ?

Avec la multiplication des pure players, l’émergence des médias collaboratifs, la prolifération des fake news, comment séparer le bon grain de l’ivraie ?

Aujourd’hui, de nouvelles pratiques journalistiques se mettent en place – loin de la surconsommation de l’information – des moyens alternatifs de se tenir au courant de l’actualité quel qu’en soit le domaine. Les lecteurs manifestent le besoin de connaître les sources des informations. Au sein des rédactions, l’envie est forte de parvenir à se libérer des pressions exercées par les lignes éditoriales imposées par les directions liées au marché économique, se défaire des jeux de pouvoirs et revaloriser les travaux d’enquête et de reportage.

Dans notre recherche d’un mode de vie plus sain et à l’écoute de la planète et du vivant, il est aussi capital de faire évoluer nos outils et nos modes d’information : aussi bien en tant que journaliste que lecteur, il faut se réapproprier les médias.

Eliot TROVERO

Pin It on Pinterest